De la terre au ciel Zbel Manifesto

De la terre au ciel

L'blassa Marrakech Biennale 2016

Bubble wrap,garbage,mesh.

 

Zbelmanifesto est un collectif de quatre artistes (Saad Alami, Katia Sahli, Ghizlane Sahli, Othman Zine), qui travaillent sur la métamorphose des matières. Leur matériau de prédilection sont les déchets,  tout ce que l’Homme rejette ils le récupèrent pour l’amener ailleurs, lui donner un nouveau sens.

Le décès de la photographe Leila Alaoui partie trop tôt, est survenu à la veille de la mise en place de leur installation, prévue initialement comme une porte multidimensionnelle, Bab(z)el, qui devait faire communiquer les mondes.

Ils ont alors décidé de rendre hommage à l’artiste et à leur amie, et d’incorporer à l’intérieur de cette porte le travail de Leila, comme un dernier dialogue, un ultime accompagnement.

Cette porte, devenue allégorique, est d’abord un pont entre la terre et le ciel. Pont symbolisé par la transcendance des matières, denses et lourdes au sol, elles s’allègent se décomposent en remontant vers le ciel, pour devenir évanescentes, et enfin lumière à la nuit tombée.

Elle est aussi un dialogue, entre la ville et l’œuvre, et entre l’œuvre du collectif et celle de Leila. Elles s’interpellent et s’interrogent, à plusieurs niveaux. Le travail, In situ, dans un centre névralgique de la ville, devient performance, puisque les passants sont mis en contact direct avec les artistes, cette proximité permet un échange, une synergie entre l’œuvre et son environnement.

Elle est enfin, un questionnement sur la pollution des mentalités, qui vient pervertir les esprits jusqu’à parfois engendrer des actes incompréhensibles, comme l’attentat de Ouagadougou, Paris ou partout ailleurs. Ne peut-on pas tirer le meilleur même du pire ?